Paul-Albert BARTHOLOME

Originaire d’une famille aisée, Bartholomé avait le choix de sa carrière. Lors d’un séjour en Suisse, il reçoit les cours du peintre Barthélémy Menn, élève d’Ingres ; puis de retour en France, il s’inscrit à l’atelier de Gérôme dont l’académisme le rebute rapidement. Il commence alors une carrière de peintre indépendant et débute au Salon de 1879 avec A l’ombre, œuvre naturaliste dans le goût de Millet pour lequel il a une grande admiration. Sous l’influence des Impressionnistes et de Puvis de Chavannes, sa palette s’éclaircit et il s’oriente vers des sujets plus contemporains. Il devient alors l’ami de Degas. La mort de sa jeune épouse Prospérie de Fleury en 1877 le brise de chagrin et provoque une véritable rupture dans sa vie. Il n’expose plus au Salon jusqu’en 1890 où il réapparaît comme sculpteur. Pour la tombe de sa femme au cimetière de Bouillant à Crépy-en-Valois, il réalise un Christ très réaliste sur une stèle où un homme donne un baiser à sa femme morte. Livré au plus grand désespoir, il va consacrer 12 ans de sa vie à un Monument aux morts dont il expose la maquette au salon des Beaux-Arts de 1895. Commandée par l’Etat, cette œuvre monumentale sera réalisée et placée au cimetière du Père Lachaise dont il est la sculpture majeure. Le 1er novembre 1900, l’inauguration de ce Monument qui lui vaut une renommée universelle est un évènement considérable auquel plus de cent mille parisiens assistent.