Niki de Saint Phalle

Icône de l’art moderne et véritable phénomène, Niki de Saint Phalle est une artiste autodidacte d’origine suisse, issue de la famille des grands banquiers éponymes. Peintre, dessinatrice et sculptrice, elle a commencé sa carrière par une première exposition de gouache en Suisse en 1956. Elle est très rapidement intégrée au groupe des Nouveaux Réalistes de Pierre Restany (César, Arman, Klein, Spoerri etc ). Elle est aussi connue pour avoir développé l’art de la performance dès 1961, par ses “tirs”, sa manière à elle de conjurer une relation paternelle quasi incestueuse qui la marquera durant sa vie entière. L’étude du volume et la richesse des couleurs, ainsi que l’aspect ludique sont au centre de son œuvre et de la réalisation de ses « Nanas », emblématiques de son travail. Bien que proche de l’abstraction, Niki de St Phalle exploite la plasticité particulière de certains motifs, comme le serpent, qu’elle transpose dans différents types d’œuvres. Les années 1960 marquent l’apogée de sa carrière internationale, aux côtés de son époux, l’artiste Jean Tinguely, avec qui elle collabore à la conception de parcs d’œuvres monumentales, comme le jardin des Tarots en Toscane après 1979. Pour celui-ci, elle s’inspire du Parc Guëll de Barcelone, imaginé par Antonio Gaudi, mais également des jardins renaissants de Bomarzo, commandés au XVIe siècle. L’intérêt pour son travail est immédiat et durable et elle enchaînera période sur période, succès sur succès, développant une sculpture totalement originale ou couleur et forme s’allient et se fondent d’une manière inter-indépendante : les nanas, les serpents, les personnages dansant dans le ciel et les animaux fantastiques constitueront un monde, un univers de vie et de gaité, unique dans le XXe siècle. Avec son mari elle réalisera en 1983, à la demande de Mitterrand la Fontaine Stravinsky, devant le centre Beaubourg. Elle décèdera en 2002, des suites de la réalisation de ses œuvres en résines, plissage et inhalation ; très généreuse, elle a soutenu plusieurs causes.