Charles Artus

Élève d’Edouard Navellier (1865-1944), ce sculpteur très doué présente ses premières œuvres animalières comme une Étude d’un barzoï en 1920 au Salon d’Automne et au Salon des artistes français en 1921 une Oie endormie. Il quitte rapidement l’atelier de Navellier, trop réaliste à son goût, et dont l’influence ne se fera guère sentir dans son travail, pour rejoindre François Pompon. Artus est attiré par le style lisse de ce dernier, tout en volume avec des lignes stylisées, dont la manière douce qui favorise le volume sur le réalisme, convenait davantage à son tempérament. Il restera fidèle à ce style durant toute sa vie. En 1931, il rejoint les artistes animaliers regroupés autour de Pompon au sein de l’éphémère “ Groupe des 12”, avec lesquels il exposera au Salon des Animaliers organisé chez Ruhlmann. Comme la plupart des artistes animaliers de son époque, il va connaître un certain succès durant l’entre-deux-guerres avec la vogue de l’Art Déco. En 1920, il se fait construire un atelier à l’arrière de la Villa Bligny à Étretat, dans laquelle il se retira définitivement vingt ans plus tard, afin d’y travailler et présenter ses œuvres. Artus se spécialise dans la représentation de petits animaux domestiques, notamment les oiseaux, qui se prêtent particulièrement bien à la stylisation. Il participe à de nombreux salons, comme le Salon des animaliers, le Salon des indépendants, le Salon d’Automne de 1920 à 1935, le Salon des artistes Français de 1921 à 1927 où il obtient une mention honorable en 1922 et une médaille de bronze en 1926.