:)

Mateo HERNANDEZ ( 1885 - 1949 )

TIGRE DEVORANT SA PROIE

Oil on hardboard
H : 22 cm, W : 27 cm

Formé à Salamanque, Mateo Hernandez est un sculpteur autodidacte qui appréhende la taille directe du granit et d’autres pierres extrêmement dures dans son entourage familial. Il arrive à Paris en 1910 et poursuit son activité de taille dans des matières compliquées à travailler et peu représentées dans le contexte artistique parisien.

Il choisit de créer un bestiaire exotique qui lui permet aussi par le sujet et son matériau, de faire référence aux canons de certaines civilisations antiques. Pour un jeune artiste, nul doute que les visites au musée du Louvre ont complété son éducation visuelle et contribué à forger sa propre esthétique.

Le sculpteur se consacre dans ses temps de repos à la peinture, sur toile ou sur panneau de bois. Elles sont peu nombreuses, tout comme ses dessins. Il s’agit souvent de formats relativement modestes représentant des fauves calmes.

On compte aussi quelques rares scènes équestres avec des figures humaines, notamment dans le cadre de corridas. Proche de l’esthétique naïve, les bêtes d’Hernandez sont formées de juxtapositions d’aplats de couleurs plutôt vives et sont placées dans des paysages de jungle ou désertiques aux teintes chaudes et ocres, difficilement identifiables. Cet aspect se vérifie par le volume important d’œuvres où seul l’animal est achevé, sans s’attarder sur son environnement.

Le Tigre dévorant sa proie appartient à cette catégorie. Il semble que le sculpteur ait observé son sujet en captivité, peut-être au Jardin des Plantes, car celui-ci ne dévore pas une proie mais plutôt un morceau de viande préparé. Comme fond d’encadrement, Mateo Hernandez s’est servi d’une de ses ébauches de paysage d’influence cubiste, ci-dessous reproduite.

Mateo HERNANDEZ