Alternate Text

Joseph BERNARD ( 1866 - 1931 )

JEUNE FILLE A LA CRUCHE  (1910)

Bronze, richly shaded balck patina.
H : 63,8 cm, L : 30 cm, D : 20,8 cm
Lifetime cast signed "J. Bernard", cast by "C. Valsunai Cire Perdue", "Exposition de Bruxelles. L'esthétique nouvelle. M. Joseph Bernard" label under, 28 examples executed of this model. The label under leads us to think this is the example exhibited at this Salon in 1921.
Circa 1920

À l’époque où, dans un académisme pléthorique mais déclinant, la sculpture est emmenée par Rodin, la Jeune fille à La cruche apparait dans sa modernité, par la simplification et la géométrisation des formes, comme une ouverture vers l’abstraction. Elle est aussi une réaction à Rodin par la douceur du modelé et la fluidité de la ligne emmenée par l’allant du bras gauche. Le jeune artiste applique déjà à la sculpture les préceptes de Cézanne en peinture de décomposer la nature par des sphères des cônes et des tubes : on le voit ici dans le traitement de la cruche, de la chevelure, des bras et des jambes.

Si Maillol devient célèbre avec Méditerranée au Salon de 1905 et Bourdelle le chef de la jeune l’Ecole française avec l’Héraclès du Salon de 1910, Joseph Bernard, qui a eu un début de carrière plutôt lent, les rejoint dans la notoriété avec la Jeune fille à La cruche qui représente l’évènement en sculpture au Salon de 1912.  Le succès se confirme pour l’artiste, car Walter Pach la sélectionne pour L’Armaury show de 1913 à New-york où elle figure à côté de Maillol, Brancusi et Marcel Duchamp. 

Devenue emblématique du sculpteur, elle remporte aussi un succès éditorial immédiat avec la production de l’esquisse par A.A. Hébrard (50 exemplaires annoncés, au moins 40 tirages) dont la galerie consacre à Bernard sa première exposition personnelle en 1908. L’artiste, souvent en froid avec son éditeur dont il trouvait qu’il payait mal, édite lui-même la réduction du modèle du Salon chez le fondeur Valsuani (50 exemplaires annoncés, 28 tirages).

Notre épreuve porte le numéro « 6 », elle porte en dessous du bronze l’étiquette du Salon qui succède à la Libre esthetique, celui de l’ Esthétique Nouvelle à Bruxelles, manifestation à laquelle l’artiste a participé en 1921.
 

Joseph BERNARD