Alternate Text

Pierre-Jules MENE ( 1810 - 1879 )

DJINN  étalon barbe (1846)

or " Cheval à la barrière" (Salon, 1849 )
Bronze,  richly shaded brown patina.
H : 29,5 cm, L : 42 cm, D : 16,6 cm
Lifetime cast signed "P.J.Mêne", dated "1846" et titled" Djinn Etalon Barbe", Mêne studio - beautiful example.
Circa : 1850

P-J. Mêne est chronologiquement le troisième sculpteur animalier de l’Histoire de l’Art, après Barye qu’il appelait « maître » et Fratin, pour lequel nous n’avons pu établir de connexion. 

Pierre Jules commence sa carrière avec des sujets romantiques de petites dimensions, qui ne rencontrent qu’un succès limité ; c’est avec ses modèles de la veine naturaliste qu’il atteint rapidement une notoriété française et étrangère, puisqu'il devient très apprécié notamment de la clientèle anglaise, puis russe et américaine. 

Il se fera ainsi une spécialité des scènes des chasses, de chevaux, de chiens, d’animaux de basse-cour et des animaux de nos contrées, chèvres, bouc, moutons, etc. 

Son réalisme, qui respecte parfaitement l’anatomie, s'accorde aussi à l’esprit cynégétique et à celui des champs de course. Il aura ainsi, en plus des amateurs habituels, la clientèle des chasseurs et celle des champs de courses. 
Bref, une carrière dont le succès est allé crescendo jusqu’à sa mort et qui a continué après, grâce à sa fille Julie, mariée au sculpteur Auguste Cain, et qui tenait Salon dans les années 1880. 

Cette épreuve est titrée et datée « Djinn, Étalon Barbe, 1846 ». C’est donc un portrait, un cheval arabe qui vient de Barbarie, modelé par l’artiste en 1846, portrait dont il était fier, l’ayant envoyé au Salon de 1849. 

Ce qui est assez exceptionnel et rarissime dans cette épreuve, c’est qu’elle est pleinement titrée (pas seulement « Djinn », mais « Djinn étalon Barbe ») et, de surcroît, datée 1846 ; c’est donc un des tout premiers tirages comme en atteste l’extraordinaire qualité de la ciselure sur les veines, dans les oreilles, sur la terrasse, etc. 

Pierre-Jules MENE