Alternate Text

Jean-Baptiste CARPEAUX ( 1827 - 1875 )

BUSTE DU PRINCE IMPÉRIAL dévêtu coupé aux épaules (1865)

Bronze à patine brun richement soutenu
Haut : 63,2 cm, Long : 31,7 cm, Prof : 21,5 cm
Epreuve ancienne signée "JBte Carpeaux", située et datée "Tuileries Pâques 1865", titrée "S.A. Le Prince Impérial", fondue par "F. Barbedienne Fondeur". Provenance : donnée par Impératrice Eugénie au secrétaire, homme de confiance de Napoléon III.
Circa : 1866

SANGUINETTI Sampiero, Napoléon III et Franceschini Pietri. Reflets d’Empire, Milan, Silvana Editoriale, 2015.
 
Carpeaux rencontre le Jeune Prince alors qu’il est âgé de 11 ans, d’abord pour enrichir sa culture artistique avant de lui enseigner les rudiments du dessin. Le sculpteur est chargé en 1865 de réaliser un portrait officiel du futur souverain. Dès 1865, ce premier Buste, coupé sous les épaules, est décliné dans différents arrangements vestimentaires, avec veston et pochette, en tenue d’apparat ou encore dévêtu, placé sur un piédouche. L’enfant a le regard serein, porté vers l’avenir. Chacune des versions existent en plusieurs dimensions et matériaux, répondant ainsi aux diverses possibilités financières d’un public vaste, pour propager le visage du futur de l’Empire.

Image politique même du Second Empire en devenir, le Buste du Prince Impérial par Carpeaux était largement diffusé dans les foyers des partisans du régime mais il pouvait également être offert aux proches de la famille Impériale. Ce fut le cas de notre exemplaire, donné par l’Impératrice Eugénie à Jean Baptiste Franceschini Pietri, homme de confiance de Napoléon III, puis secrétaire particulier de l’Impératrice.
Né en 1835, cet homme d’origine corse entre au service de l’Empereur en 1855. Il ne quittera plus la Famille Impériale jusqu’à sa mort en 1915, accompagnant Napoléon III dans chacun de ses déplacements, même en exil. Son dévouement total le conduit à côtoyer les grands personnages politiques mais également artistiques. Le dernier souhait du fidèle secrétaire fut d’être inhumé au plus près de son souverain, à Farnborough en Angleterre.

Amateur éclairé et conscient qu’il est présent à un moment crucial de l’Histoire, Franceschini collectionne les objets relatifs au régime, à l’image de notre Buste.

Barbedienne réalise, à la demande de Carpeaux, la fonte, à la fois du Buste du Prince, de 1865 à 1869 et de la statue en pied. Seuls quelques exemplaires du Buste grandeur nature sont identifiés à ce jour. Notre épreuve est de qualité exceptionnelle.
 

Jean-Baptiste CARPEAUX