Alternate Text

Jean-Jacques FEUCHERE ( 1807 - 1853 )

MEPHISTOPHELES or SATAN, 1st version (1833)

Salon, 1834 (plaster), 1835 (bronze); Expo. cent. de l'Art français(1900)
Bronze, richly dark brown patina
H : 33,8 cm, L : 15,2 cm, D : 17,3 cm
Lifetime cast (on romantic clock with historical provenance) signed and dated in the model "J. Feuchère 1833", old edition - beautiful edition.
Circa : 1840-1850

Jean-Jacques Feuchère fut proche du milieu des orfèvres avant de se consacrer à la sculpture et notamment à l’édition en bronze. Il débuta au Salon de 1831, avant de recevoir de nombreuses commandes publiques, dont l’une des plus prestigieuses est un bas-relief représentant Le Passage du Pont d’Arcole pour l’Arc de Triomphe de la Place de l’Etoile, à Paris en 1834.
Participant pleinement au mouvement du romantisme, Feuchère est connu pour son gout pour la période gothique, avec une conscience historique très forte, notamment lorsqu’il réalise le monument à Marie Stuart pour la commande d’Etat des Femmes de France Illustres, ou encore la Jeanne d’Arc sur le bucher pour l’Hôtel de Ville de Rouen.

De cet intérêt pour la période gothique et ses arts provient très certainement le modèle du Méphistophélès ou Satan, remis à l’honneur alors par Goethe en 1808 et en 1832, juste avant la conception du modèle de Feuchère en 1833. Il s’agit du modèle emblématique de la sculpture romantique, le plus connu de l’artiste.

Le Diable est présenté recroquevillé sur lui-même, vaincu, sans doute résigné après que Faust lui ait échappé. La composition invite le spectateur à tourner autour de l’œuvre, pour capter le regard du Diable, caché derrière ses ailes. La représentation du Diable est également l’occasion pour le sculpteur de montrer toute son habileté à varier les rendus de surfaces, qui rappelle qu’il fut fils de ciseleur.
Notre exemplaire est tout particulièrement remarquable pour cet aspect, l’artiste ayant intensifié la vibration des surfaces des ailes avec une ciselure soignée.
Ce modèle fut souvent monté en pendule, comme dans le cas de notre épreuve, qui était installé dans la salle où fut signé la capitulation de la Guerre franco-prussienne en 1871 à Versailles.

EXEMPLAIRES DANS LES COLLECTIONS MUSEALES:

Paris, Musée du Louvre, inv. R.F. 4222..
Paris, Musée de la Vie Romantique, inv. 2011.7.
Bruxelles, Musées Royaux des Beaux Arts de Belgique, inv. 12167.
 

Jean-Jacques FEUCHERE