Eugene-Louis Boudin

Eugène Boudin nait au cœur d’une famille de marins dans la ville portuaire d’Honfleur. Dès son plus jeune âge, il accompagne son père sur le bateau familial, mais sa carrière de marin fut rapidement écourtée lorsqu’il manqua se noyer. Il est alors envoyé au Havre pour poursuivre ses études. Il entre comme commis dans une papeterie pour ouvrir sa propre enseigne en 1844. Dessinateur à ses heures depuis son enfance, il décide d’orner la devanture de son magasin de toiles de peintres régionaux. 1850 est une année pivot dans la carrière artistique de Boudin ; la Société des Amis des Arts de la ville du Havre achète deux études du jeune peintre et il obtient une bourse de la ville du Havre pour étudier la peinture à Paris pendant trois ans. Cependant, à son retour en Normandie, il ne produit que quelques toiles, esquisse des études du paysages de la région et continue d’exposer à la Société des Amis des Arts de la ville du Havre. En 1861, Boudin quitte de nouveau sa région natale pour la capitale, espérant y faire fortune. Malheureusement, Paris ne lui est guère plus favorable et le peintre retourne s’installer en Normandie, à Honfleur. Aux cours des années qui suivent, il effectuera plusieurs allers-retours entre la capitale et la Normandie, tiraillé entre sa fascination pour les paysages normands et l’effervescence de Paris. En 1870, Boudin connait finalement le succès et reçoit trois importantes commandes, dont celle d’un homme d’affaires belge M. Gauchez. A l’aube des guerres franco-prussiennes, les échanges, quel que soit leur nature, se font de plus en plus difficiles et ce dernier l’invite à le rejoindre à Bruxelles pour procéder à l’échange des toiles et de l’argent du. C’est durant son bref séjour dans la capitale belge que Boudin aurait réalisé notre modèle. En 1875, Boudin expose aux-côtés de Cézanne, Degas, Monet, etc lors de la première exposition des Impressionnistes. En 1888, le peintre reçoit la visite inattendue de Durand-Ruel qui lui achète tous ses tableaux