Charles VALTON

Né le 26 Janvier 1851, Charles Valton est l’un des meilleurs sculpteurs animaliers de la deuxième génération.
Élève de Barye et de Frémiet au Museum d’histoire naturelle, il expose au Salon régulièrement de 1868 à 1914, remportant une médaille en 1875 et 1885. Comme ses prédécesseurs Charles Valton aime étudier les animaux d'après nature. Il exécute avec Alfred Barye (fils du maître) le célèbre groupe intitulé Les deux étalons avec une volonté que les animaux s'imposent par leur puissance, leur élégance racée, leur fougue maitrisée : "Je peux témoigner que dans cette œuvre nous avons tenu à respecter autant l'émotion et la sensibilité que la pureté des formes".
A l'occasion des Expositions Universelles de 1889 et 1900, Valton reçoit une médaille pour ses travaux. En 1875 il devient membre de la Société des Artistes Français. Comme il a le goût de l'enseignement, il devient lui-même professeur à l'école Germain Pilon et crée des sculptures tant dans le registre monumental que dans celui des éditions. Il immortalise les grands fauves avec comme sujet de prédilections les lions et les lionnes mais aussi de nombreux chevaux et chiens. Il produit également pour le Museum d'histoire naturelle un groupe en plâtre intitulé Ours et mammouth et on voit de lui au Parc Monceau un bronze représentant une Lionne blessée. Il aime dresser un véritable portrait animal leur insufflant un caractère et du sentiment.
Comme il arrive souvent chez les sculpteurs de cette période, il y a peu de sujets romantiques cruels dans sa production, davantage de représentations tendres et paisibles d'animaux figurés dans un esprit réaliste, surtout à la fin de sa vie.
En ce qui concerne les éditions, c'est surtout la Maison Colin qui le représente.
Au cours de sa carrière, il crée une quantité impressionnante de modèles comme en témoigne la multiplicité des sujets exposés au Salon. Toutefois il ne semble pas que ses œuvres aient fait l'objet d'éditions nombreuses. C'est pourquoi ses œuvres restent rares. Il est également connu pour avoir travaillé avec la manufacture de Sèvres entre 1898 et 1908. Très malade dans ses dernières années, il meurt à Chinon le 21 mai 1918.

; ;