Louis-Ernest BARRIAS

Louis-Ernest Barrias naît à Paris, le 13 avril 1841. Ses parents, de condition modeste, ne s’entendent pas et se séparent bientôt. Il reste seul avec sa mère souvent malade dont il doit s’occuper au détriment de l’école. Son frère Félix, qui avait obtenu le prix de Rome de peinture en 1844, lui donne ses premiers cours de dessin, puis l’oriente vers l’atelier de son maître Léon Cogniet. Plus attiré par la sculpture, il intègre à 13 ans l’atelier du sculpteur Cavelier puis celui de Jouffroy.  
À 20 ans il se voit décerner le second grand prix de Rome avec Chryséis rendue à son père par Ulysse et fait en même temps ses débuts au Salon en exposant le buste en marbre de son père et celui du graveur Jazet qui montre déjà une parfaite maîtrise de ce matériau. En 1865, il réalise deux grands marbres pour l’hôtel de la Païva sur les Champs-élysées, Virgile et Le printemps, et il obtient le Grand prix de sculpture avec La Fondation de Marseille. 
Après un séjour de quatre ans à Rome, il revient à Paris où il va connaître un très grand succès jusqu'à la fin de sa vie en produisant à la fois une œuvre monumentale et de la petite sculpture d’édition. 
On lui doit entre autre le Bernard Palissy qui décore le Jardin de l’Église St Germain des Prés, le Serment de Spartacus dans le Jardin des Tuileries, Les Premières funérailles au Musée du Petit Palais, La défense de Paris au rond-point de la Défense, Le Chant et la Musique pour l’escalier des fêtes de l’Hôtel de Ville de Paris, et différents monuments tant en province qu’à l’étranger. Ses deux plus grands succès d’édition seront : La Nature se dévoilant à la Science et La Jeune Fille de Bou Saada, toutes deux éditées par la maison Susse en différentes tailles. 
Barrias meurt auréolé de gloire, le 4 février 1905. Il avait reçu de nombreuses récompenses au Salon et lors des Expositions Universelles, était devenu commandeur de la Légion d’honneur en 1900 et avait remplacé A. Dumont à l’Institut en 1884 et succédé à son maître Cavelier comme professeur à l’Ecole des beaux-arts.